Etat des approches sectorielles au CEC et à ECVET en Europe

© Mark Atkins / fotolia.com

La Recommandation du Parlement et du Conseil du 23 avril 2008 établissant le cadre européen des certifications pour l'apprentissage tout au long de la vie (CEC) a fixé comme objectif d'assurer la comparabilité de différents systèmes de qualifications et de leurs niveaux dans le cadre du système d'EFP global en Europe.

 

L'accent sur les besoins sectoriels

 

Or si le référencement de cadres nationaux des certifications par rapport au CEC se trouve au cœur du processus de référencement mis en place par plusieurs Etats membres, il ne faut pas oublier que les qualifications sectorielles et les cadres de qualifications sectorielles peuvent également voir leur comparabilité accroître grâce au référencement par rapport au CEC - du moins indirectement à travers le référencement par rapport aux CNC.

 

L'approche sectorielle à l'élaboration de qualifications et de cadres de qualifications reflète les besoins cités par de nombreux professionnels, notamment en ce qui concerne la facilitation de la mobilité professionnelle, le renforcement de la comparabilité et de la transparence des qualifications, des réponses actualisées aux préoccupations sociales en évolution constante, un meilleur respect de processus de travail dotés de descriptions plus précises, des solutions d'EFP adaptées aux besoins du secteur...

 

Initiatives sectorielles de construction de cadres spécifiques aux secteurs et référencés par rapport au CEC

 

A cet égard, une tendance notable réside dans la prise de conscience croissante du fait que les effort sectoriels doivent porter sur les préoccupations non seulement nationales, mais également européennes, car nous sommes tous intégrés dans une économie et un marché du travail européens où les processus de travail sont sensiblement similaires et exigent le développement des mêmes connaissances, savoir-faire et compétences de la part de tous les salariés travaillant au même niveau. Des partenariats multinationaux et des initiatives sectorielles sont déjà en place dans des secteurs tels que les TIC et le transport, où les frontières nationales s'estompent de plus en plus.

 

Alors qu'auparavant les cadres sectorielles des certifications (CSC) avaient pour but simplement de créer des catalogues des qualifications, le besoin de référencement par rapport à un cadre commun – le CEC – stimule l'adoption d'une approche axée sur les acquis d’apprentissage, même si les descripteurs et les niveaux utilisés pour les CSC ne correspondent pas forcément à ceux du CEC.

 

Les projets Leonardo da Vinci constituent les exemples les plus percutants d'un engagement sectoriel envers le renforcement de la transparence des qualifications et de la mobilité des apprenants. C'est dans le cadre de ce type de projet que l'approche axée sur les acquis d’apprentissage, illustrée par le CEC, prend toute sa place parmi les réalités sectorielles, préparant ainsi le terrain pour une vraie mobilité à travers ECVET.

 

Le cadre sectoriel en pratique

 

Le Cadre e-Competence constitue un exemple pratique d'un CSC largement accepté et appliqué dans l'industrie. D'autres CSC sont en cours de préparation, par exemple au sein du secteur du transport et de la logistique au niveau européen, et s'appliquent déjà au niveau national, comme c'est le cas en France. Dans d'autres secteurs, comme l'industrie de l'automobile, les CSC existent sous forme de concepts théoriques.

 

Ceci est un autre exemple d'un CSC dans le secteur de la protection des frontières, le premier CSC dans un cadre policier: 

Video source: Frontex
   

Un CSC pour le secteur du transport et de la logistique en Europe

Le projet européen MetaLog développe un cadre sectoriel des certifications destiné notamment au secteur du transport et de la logistique en Europe : www.project-metalog.eu.