L’état de la mise en place d’ECVET en France

Les parties prenantes en France ont compris les deux objectifs sous-jacents étendus d’ECVET, à savoir :

  • Favoriser la mobilité des citoyens européens, et notamment des travailleurs
  • Contribuer à l’apprentissage tout au long de la vie.

 

Bien qu’aucune solution complète d’ECVET n’ait été mise en place à ce jour, l’implication directe des parties prenantes dans la conduite de projets et la volonté affichée de la France d’utiliser ECVET de manière étendue illustrent la compréhension de la part des parties prenantes de l’utilité d’ECVET. Effectivement, des parties prenantes publiques et privées, dont des représentants de l’Etat à travers le Ministère de l’Education nationale ont participé à des projets pilotes ayant pour objectif de tester et d’améliorer la comparabilité des acquis d’apprentissage qu’il convient d’obtenir lorsqu’un apprenant souhaite entamer une phase de mobilité. A cet égard, le secteur du transport et de la logistique se démarque grâce à ses efforts pour développer des solutions compatibles avec ECVET.

 

Deux exemples illustrent la dynamique du secteur :

  • Le projet Euro Trans Log: dans le cadre de ce projet, l’ensemble des acteurs d’EFP (Ministères, organisations professionnelles, organismes d’EFP) issus de huit Etats membres (l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie, la Roumanie et le Royaume-Uni) ont développé des références communes pour la formation professionnelle en transport et logistique au niveau 5 du CEC. Ces références communes ont permis de décrire les acquis d’apprentissage obtenus au travers d’une qualification commune en utilisant des descripteurs du CEC (Connaissances, Savoir-faire et Compétences). Le projet a ainsi permis à la France, au moment où l’un de ses diplômes (le BTS Transport) faisait l’objet d’une mise à jour, de décrire les acquis d’apprentissage de la qualification modernisée et officiellement reconnue en termes d’unités d’acquis d’apprentissage correspondant au niveau 5 du CEC. Il s’agissait de la première qualification nationale dans le secteur du transport et de la logistique à être parfaitement adapté à la mobilité dans le cadre d’ECVET.
  • L’initiative Netinvet réunit des entreprises de transport, des organismes de formation et des organisations professionnelles du secteur issus de plus d’une douzaine d’Etats membres souhaitant développer les opportunités ouvertes aux apprenants dans le secteur du transport et de la logistique en Europe de profiter de la mobilité dans le cadre de la formation.  Cette initiative permet aux organismes de formation en France d’avoir accès à un réseau de parties prenantes qui participent à l’établissement de programmes d’échange pour l’enseignement et les states professionnels à l’étranger, travaillent conjointement pour faire évoluer la qualité de la formation, facilitent la communication et l’échange de bonnes pratiques, transmettent des informations aux formateurs en contact avec des apprenants en mobilité, promeuvent des expériences de mobilité efficaces en mettant en place des outils de soutien (guides, scénarios de mobilité, chartes d’assurance de la qualité…) qui permettent aux formateurs et aux tuteurs d’avoir accès à des fonds pour la mobilité, et construisent la confiance mutuelle.

 

Tout compte fait, à un moment où l’application d’ECVET en est encore à ses débuts, la France s’efforce de développer la mobilité chez les apprenants de manière générale. A cet égard le secteur du transport et de la logistique est probablement celui qui affiche les meilleurs résultats.