La base des outils européens d’EFP

© Sergey Nivens / fotolia.com

Les qualifications constituent l’un des principaux atouts des Européens. Elles représentent la richesse des citoyens sur le marché du travail et sont un moteur de qualité et d’innovation pour l’économie européenne. Mais quelle seraient la valeur des qualifications si elles n’étaient pas comprises à l’étranger ?

 

Comprendre la valeur des qualifications pour compenses la pénurie des compétences 

 

Les qualifications professionnelles formelles sont généralement bien comprises au niveau national. Un employeur ou un organisme de formation peut compter sur une appréhension commune d’une qualification nationale et savoir ce qui est attendu du titulaire d’un tel certificat. Les difficultés apparaissent lorsque le candidat est originaire d’un autre État membre, car l’Union européenne est caractérisée par une multitude de systèmes de formation professionnelle difficilement comparables et qui utilisent des termes et labels extrêmement divers. Il devient ainsi difficile de comprendre ou de communiquer correctement la valeur réelle d’une qualification étrangère. 

 

Or la mobilité des travailleurs et des apprenants ne s’applique pas qu’à l’échelle nationale, mais bien communautaire, et elle devient de plus en plus importante pour l’économie et le bien-être européens. En faisant appel à des demandeurs d’emploi issus d’autres pays, il devient possible de compenser des pénuries de compétences dans un pays lorsque la main d’œuvre locale est insuffisante ou insuffisamment formée. L’un des obstacles à ce type de mobilité de travailleurs sur un marché européen du travail est la transparence et la reconnaissance de qualifications entre pays.  

 

C’est là que réside tous le sens du Cadre Européen des Certifications (CEC) et du Système européen de crédits pour l'enseignement et la formation professionnels (ECVET) : La mobilité européenne des travailleurs et des apprenants Grâce à la reconnaissance de leurs qualifications !     

To cut a long story short